Notre ligne politique en 9 points.

1- Urgences Panafricanistes, se veut un mouvement citoyen traditionaliste africain. Il s’articule autour d’une dimension géopolitique en agissant dans le cadre de la résistance au néocolonialisme français, au globalisme (occidentalisation généralisée) et à l’impérialisme sous toutes ses formes. L’ONG a été fondée en Afrique et a son siège international à Cotonou. La majorité des membres constitutifs tant du Bureau Politique que du Conseil des Sages, ont élu domiciliation sur la terre « berceau de l’humanité ».

 


2- Nous refusons à ce titre toutes ingérences exogènes et mettons un point d’honneur à faire de ce début de XXI ème siècle, la fin du cycle d’asservissement de notre peuple. Refus de l’ingérence politique en rejetant toute immixtion internationale dans nos affaires. Refus de l’ingérence monétaire par la suppression du franc Cfa ( et grande méfiance vis à vis de son dernier avatar sous le forme de l’ECO) et plus généralement de la financiarisation de nos économies profitant aux lobbies étrangers et leurs supplétifs locaux. Refus de l’ingérence armée par la suppression des bases militaires néocolonialistes et autres accords de coopérations militaires violant notre souveraineté. Refus de l’ingérence culturelle à travers ce qu’il est convenu d’appeler le «softpower» ou imperialisme de la vertu par le biais de la «coopération» dite culturelle. Il ne s’agit pas de rejeter les échanges saints et fructueux avec les autres peuples (mondialisation) mais belle et bien de s’opposer au rouleau compresseur de l’uniformisation/soumission de notre continent à l’Occident (mondialisme).
Notre action politique vise purement et simplement à débarrasser l’Afrique de tous ces maux.

 

3- Pour mener à bien l’objectif d’émancipation totale du continent africain, nous favorisons l’échange, l’entente et les collaborations de tous ordres en lien avec les forces partisanes d’un monde multipolaire dans lequel chaque bloc civilisationnel demeurerait maître chez lui.

 


4- Notre vision panafricaine souverainiste nous enjoint alors à rejeter fermement l’unilatéralisme de soumission occidentale sous hégémonie Etasunienne. Le géant Afrique, Père de l’humanité, ne pourra tirer son épingle du jeux sans inscrire son action politique dans une géostratégie audacieuse (car inédite) des nouvelles alliances.

 


5- Fiers de notre ancrage civilisationnnel, nous restons extrêmement attachés au principe de justice sociale et surtout en première instance, au respect de la dignité de la femme. Le matriarcat originelle de nos sociétés témoigne de la place essentielle que cette dernière doit jouer dans le processus d’émancipation de notre peuple.

 


6- Faisant du principe d’Unité la valeure cardinale de notre engagement, nous nous refusons à faire acte de discrimination sur la question religieuse. Nous affirmons notre attachement à la pratique spirituelle traditionaliste d’essence négro-africaine. Sans disqualifier nos frères et sœurs pratiquant les religions dites Abrahamique dont nous reconnaissons certaines vertus morales( piété et élévation), nous enjoignons fraternellement les afrodescendants à questionner leurs pratiques religieuses sous le prisme endogène, pour en faire en dernier ressort le moteur de libération nécessaire au triomphe du panafricanisme. Le monde afrodescendant se trouve suffisamment divisé pour ne pas avoir inutilement à ouvrir de nouvelles lignes de fractures. Il nous incombe en dernier ressort de comprendre que chaque tradition religieuse n’est qu’une adaptation localisée ou culturelle d’une tradition primordiale commune à tous les peuples.

 


7- Nos actions caritatives et sociales entreprises sur le continent et dans les caraïbes s’effectuent selon le principe d’adaptation aux réalités et exigences locales, en lien avec l’expertise de terrain de nos équipes présentes sur place. Nous portons une attention particulière à proscrire tout misérabilisme tout comme tout type d’assistance sociale n’étant pas capable in fine de conforter les nôtres dans une démarche de responsabilisation selon le bon viel adage “apprendre aux notres à pêcher plutôt que de leur servir tout prêt le poisson”…

 


 8- Fraternité transnationale, solidarité et justice sociale pour tous les afrodescendants, demeurent nos principaux mobiles d’actions. Notre panafricanisme se veut en phase avec les exigences de notre époque et les volontés de notre peuple, voilà pourquoi nous le déclinons sous l’appellation de «panafricanisme souverainiste».

 


9- Fidèle à ces principes, Urgences Panafricanistes se veut le continuateur naturel des luttes intemporelles afrodescendantes. Refusant l’élitisme pédant et par conséquent vide de sens, nous nous voulons comme LE mouvement politique d’émancipation au service des masses. La vulgarisation des concepts en direction des masses constitue pour nous un impératif politique de tout premier ordre, faisant de l’adage de Kemi SEBA: « ce que les élites ne font pas, le peuple le fera par lui-même » l’élément de langage symbolique de toute notre action politique.


URPANAF dans le monde